top of page
  • Yusra Qadir

Commémoration de la journée mondiale du réfugié 2024

Dernière mise à jour : 25 juin

Par : Yusra Qadir, Vice-présidente, Programmes et défense d’intérêts



Contexte

Le 20 juin est la journée mondiale du réfugié. Cette journée célèbre la force et le courage des personnes contraintes de fuir leur pays d'origine pour échapper à un conflit ou à des persécutions. Le thème de l’année 2024 est "Solidarité avec les réfugiés". Cela signifie être inclusif, ouvrir les cœurs, les esprits et les portes aux réfugiés, et réfléchir à leurs contextes, besoins et défis uniques. La solidarité consiste également à trouver des solutions durables aux conflits afin de permettre aux réfugiés de rentrer chez eux en toute sécurité. 


Dans toutes mes rencontres et interactions avec les réfugiés, formelles ou informelles, le souhait de retourner dans leur pays et de vivre avec leur peuple dans la paix et l'harmonie a toujours été une constante. Il ne s'agit pas vraiment d'un choix lorsque les options sont la perte de leur vie et sécurité ainsi que celles de leur famille et l'abandon de leur maison, terre et peuple. 


Pourtant, selon l’UNHCR, à la fin de l'année 2023, 117,3 millions de personnes ont dû faire ce choix, car elles ont été déplacées de force en raison de persécutions, de conflits, de violences et de violations des droits de l'homme. Parmi elles, plus de 40 millions d'enfants. Les enfants sont surreprésentés parmi les réfugiés du monde, puisqu'ils constituent environ 30 % de la population mondiale, mais représentent plus de 41 % des réfugiés du monde. La plupart des réfugiés (75 %) sont accueillis par des pays à revenu faible ou intermédiaire, principalement des pays voisins (69 %), mais les programmes d'aide à la réinstallation aident également les réfugiés à s'installer dans des pays développés. 


Le programme canadien de réinstallation des réfugiés et ce qu'il signifie pour le pays

Le Canada a une forte tradition d'accueil des réfugiés et a récemment célébré l'accueil de plus d'un million de réfugiés depuis 1980. En 2023, le Canada a accueilli 51 100 réfugiés réinstallés. On suppose souvent que les réfugiés dépendent continuellement de l'aide sociale et que leur arrivée est donc considérée comme un "coût supplémentaire" pour les contribuables. D'après les données empiriques de l’UNHCR Canada et les récits des familles de réfugiés que les partenaires de Mothers Matter Canada ont soutenues, cette hypothèse ne pourrait être plus éloignée de la réalité. 

  • Les réfugiés ont un taux de chômage presque similaire (9 %) à celui des Canadiens de naissance (6 %).

  • Les réfugiés prospèrent et rejoignent la classe moyenne canadienne dans les cinq ans suivant leur arrivée. Les données de l'année fiscale 2014 montrent qu'une proportion importante des réfugiés qui sont au Canada depuis au moins cinq ans gagnent des revenus de classe moyenne. Près d'un réfugié sur quatre (23 %) gagnait entre 40 000 $ et 79 999 $ par année, ce qui est semblable au pourcentage de Canadiens (27 %) et d'immigrants totaux (24 %) qui gagnent un revenu de classe moyenne.

  • Bien que les réfugiés reçoivent de l'aide immédiatement après leur arrivée, l'investissement du Canada dans les réfugiés est rentable. Au fil du temps, les réfugiés paient en moyenne plus d'impôts sur le revenu qu'ils ne reçoivent de prestations et de services publics. Plus ils vivent longtemps dans les provinces et territoires canadiens, plus les réfugiés réduisent l'écart entre l'impôt sur le revenu payé et les prestations et services publics reçus. 

  • 14,4 % des réfugiés qui sont au Canada depuis 10 à 30 ans sont des entrepreneurs, contre 12,3 % des personnes nées au Canada. Les réfugiés utilisent leurs compétences et leurs talents divers pour lancer des entreprises et créer des emplois pour eux-mêmes et pour d'autres Canadiens. 

  • Une fois intégrés, les réfugiés éprouvent un fort sentiment d'appartenance et de gratitude envers le Canada qui les a accueillis, eux et leur famille, et les a aidés à mener une vie sûre. 


Approche holistique de la réinstallation et accent sur le bien-être du personnel

Alors que le Canada accueille davantage de réfugiés, il est important d'adopter une approche de la réinstallation et de l'intégration qui tienne compte de l'ensemble de la société. Il faut une coordination entre les différentes parties prenantes, les gouvernements fédéral et provinciaux, les organismes de prestation de services et les groupes communautaires et de voisinage.


Jennifer York (directrice des services aux réfugiés à l'Immigrant Services Society of BC) a déclaré que "le logement et la santé sont des problèmes majeurs pour les réfugiés, car le système est déjà débordé et une grande partie du travail avec les clients consiste à les aider à naviguer dans les systèmes, à gérer leurs attentes et à renforcer leur capacité à naviguer eux-mêmes dans les systèmes. Nous nous appuyons sur l'expérience vécue du personnel et, bien que la réinstallation des réfugiés soit parfois chaotique, c'est un travail profondément gratifiant car, en fin de compte, ce sont des personnes qui essaient d'aider d'autres personnes".   


Travailler avec des réfugiés qui sont des clients en grand besoin, veiller au bien-être du personnel et aux limites professionnelles, est essentiel pour éviter l'épuisement. Jennifer a déclaré : "Nous investissons dans des séances de bien-être pour le personnel et nous avons mis en place des mécanismes pour débriefer, faire des pauses intentionnelles, réfléchir et se détendre, et fournir un soutien ciblé au personnel pour qu'il soit à l'aise pour avoir des conversations difficiles ou pour faire face à l'usure de la compassion. 


Du point de vue de la prestation de services aux réfugiés, il est impératif de mettre l'accent sur le bien-être du personnel de première ligne et de gestion si l'on veut que le service conserve sa qualité et sa tension. Mothers Matter a également insisté sur la nécessité d'avoir des valeurs claires qui tiennent compte de la diversité, de l'équité et de l'inclusion, mais qui offrent également une sécurité psychologique au personnel pour qu'il se sente à l'aise et en sécurité lorsqu'il aborde des sujets qu'il juge difficiles. 


Célébrer la résilience, la force et la positivité des réfugiés

Malgré les difficultés imposées aux clients réfugiés par la vie et leurs besoins élevés qui nécessitent une attention particulière dans les premières étapes de la réinstallation, la résilience, la force et la positivité que nous observons chez les femmes réfugiées qui participent à nos programmes sont toujours une source d'inspiration. 



Shakila

Shakila est une jeune femme remarquable qui est arrivée au Canada en tant que réfugiée afghane. Son travail acharné et son engagement à subvenir aux besoins de sa famille et à contribuer à la société canadienne se reflètent dans les réalisations qu'elle a accomplies en l'espace de quelques années seulement. Elle a occupé trois emplois pour subvenir à ses besoins et à ceux de sa famille. Shakila travaille avec la Central Vancouver Island Multicultural Society (CVIMS) en tant que visiteuse à domicile HIPPY dans un refuge et au marché aux poissons. À 23 ans, elle est une source d'inspiration contagieuse et accorde une grande importance à l'autonomie et à l'indépendance. Par-dessus tout, elle ne veut pas peser sur le pays qui a accueilli sa famille pour qu'elle y vive en sécurité. Elle veut entreprendre un travail significatif qui puisse aider à améliorer les communautés vulnérables au Canada. "Je suis jeune. Je peux apprendre rapidement et travailler dur. Mes frères et sœurs peuvent faire de même. Nous voulons être indépendants et aider les autres tout en nous aidant nous-mêmes. J'aime beaucoup ma vie au Canada. Oui, il y a des difficultés, mais elles font partie de la vie. Je n'aime pas penser négativement, je vois toujours le bon côté des choses.”


Swedini Halliday, coordinatrice HIPPY au CVIMS, que Shakila considère comme son mentor, dit : "Shakila est une force de vie. Lorsque nous l'avons interviewée, nous lui avons demandé si elle avait de l'expérience dans ce genre de travail. Elle a répondu que non, mais qu’elle travaillait  dur et apprenait vite. Nous lui avons demandé si elle avait une voiture et un permis de conduire, car elle en aurait besoin pour effectuer des visites à domicile ; elle a répondu que non, mais que si on lui donnait ce travail, elle en obtiendrait. Nous lui avons demandé ce qui se passerait si elle n'obtenait pas le permis. Elle a répondu qu’elle prendrait un vélo et que l'utiliserait pour effectuer le travail, qu'il pleuve ou qu'il fasse beau. Que faire avec quelqu'un qui a autant de volonté et d'ambition ? Nous lui avons donné le travail, elle a obtenu la voiture et le permis, et le reste appartient à l'histoire. Cette fille ira loin, et nous serons heureux de l'aider à atteindre ses objectifs !”


Khadija

Khadija est arrivée au Canada en 2018, à la recherche d'une meilleure chance dans la vie pour ses enfants et sa famille. Elle a trouvé son chemin vers la communauté et des amitiés au Canada grâce à des programmes pour ses enfants. Elle aime passer du temps avec ses enfants et attend que son plus jeune commence l'école pour pouvoir contribuer activement à la société et à l'économie canadiennes. Le Pakistan (son pays d'origine) lui manque, car elle n'a pas pu rendre visite à sa famille une seule fois depuis son arrivée, mais elle pense que la vie est un défi qu'il faut relever - elle s'y attelle donc chaque jour dans l'espoir d'un avenir meilleur pour ses enfants. Elle est impressionnée par les services que DIVERSEcity lui a offerts, à elle et à sa famille, tout au long de son parcours de réinstallation au Canada.


"Je suis arrivée au Canada enceinte de 7 mois, avec deux enfants de 7 et 2 ans, pour demander l'asile. Nous avons bénéficié de l'aide sociale pendant 2 à 3 mois et nous voulions être autonomes le plus rapidement possible. Mon mari a commencé comme technicien mobile et conduit maintenant Uber. Cela signifiait aussi que j'étais toute seule à la maison avec des enfants dans un système qui était complètement nouveau pour moi. Je me sentais seule et isolée. Il est difficile de se faire des amis ou de parler aux autres. Si je disais à quelqu'un que nous sommes des réfugiés, les gens nous traiteraient différemment, je pouvais le voir sur leur visage. Les gens ont une mauvaise opinion des réfugiés. Ils pensent que les réfugiés prennent leur travail et vivent de leurs impôts. Mon propriétaire nous le rappelait à chaque fois qu'il en avait l'occasion. Ces expériences ont aggravé l'isolement. J'ai trouvé le chemin de la communauté et des amitiés grâce aux programmes destinés à mes enfants. Ils étaient ma fenêtre sur le monde extérieur, et je dois à First Steps et HIPPY ma confiance en moi et le développement de ma communauté. Quel que soit mon état, ma motivation était d'offrir à mes enfants les meilleures chances dans la vie. Je voulais qu'ils saisissent toutes les occasions d'apprendre. Je voulais que mes enfants apprennent des choses que je n'ai pas pu apprendre. C'est pourquoi je suis sortie, même seule, qu'il pleuve ou qu'il vente - j'ai pris le bus, le train, j'ai marché avec trois enfants... Mais j'ai réussi, et cette motivation a façonné mon parcours de réinstallation pour le meilleur".



Tsega

Tsega est mère de quatre enfants âgés de 11, 10, 8 et 5 ans. Elle a quitté son pays, l'Érythrée, en 2007 et a été déplacée pendant 16 ans jusqu'à son arrivée au Canada en 2023. Elle a traversé quatre pays (l'Éthiopie, le Soudan, l'Égypte et Israël), un parcours très intimidant et peu sûr, au cours duquel elle a perdu des amis à cause des rivières, des déserts et des conflits. Bien qu'elle pense chaque jour aux amis qu'elle a perdus, elle est reconnaissante d'être au Canada avec sa famille et de pouvoir reconstruire sa vie. 


"Repartir à zéro est très difficile, mais je l'ai fait tant de fois. Je suis au Canada depuis un an. Lorsque je suis arrivée, je me sentais vraiment seule. Lorsque j'ouvrais ma porte, personne ne me disait bonjour... Certaines personnes me disaient bonjour et disparaissaient. Mes enfants étaient tellement isolés qu'ils m'ont demandé pourquoi nous étions venus au Canada.... Nous n'avons pas d'amis ici. J'ai commencé à les emmener au parc....  C'était très dur pour mes enfants.... Nous avons même eu du mal à nous adapter à l'église. J'ai dit à mes enfants ce que je me disais à moi-même : gardez le cœur et l'esprit ouverts, essayez d'apprendre la langue, de vous faire des amis et de vous amuser. C'était très difficile pour mon mari de trouver du travail. Les loyers sont très élevés. Mais nous nous débrouillons. Le New West Family Place m'a vraiment aidé. J'avais tellement de questions, comment vivre, par où commencer, avec qui entrer en contact, comment obtenir une carte de bibliothèque, comment obtenir de l'aide pour les enfants. J'ai trouvé ma visiteuse à domicile, Yodit, au New West Family Place, et cela a changé les choses pour moi. Elle m'a aidée pour beaucoup de choses, j'ai appris à prendre le bus. La chose la plus effrayante pour moi était de prendre le train. J'avais déjà pris le train, mais quelqu'un m'a dit que le train aérien n'avait pas de conducteur. Cela m'a fait très, très peur. Mais je sais comment ça marche et je peux prendre n'importe quel bus, n'importe quel train et aller où je veux.


Mon mari a fait des études universitaires, mais il travaille dans la construction. Je ne me sens pas bien dans cette situation et j'espère qu'il trouvera un emploi correspondant à ses compétences. Je veux poursuivre mes études et travailler pour subvenir aux besoins de ma famille, de ma communauté et de ce pays. J'ai été institutrice en Érythrée et j'ai enseigné à des enfants en bas âge en Israël. Je veux travailler dans une crèche ou une école maternelle, car j'aime travailler avec les enfants. 


Maintenant que j'ai trouvé une communauté, je pense à ce dont les réfugiés ont besoin lorsqu'ils arrivent. Je pense à ce dont les réfugiés ont besoin à leur arrivée. Les gens viennent ici après avoir connu tant d'épreuves, et le plus grand changement ici est l'isolement. Ils ont juste besoin de gentillesse, d'un sourire, d'un signe de la main, d'aide pour s'orienter parfois, de quelqu'un qui leur montre le chemin. Mon expérience me motive à rendre la pareille à ceux qui viennent d'arriver. Je veux faire une différence, et je veux compter pour un changement, aussi petit soit-il".


Où aller ?

Célébrer un monde où les réfugiés se sentent les bienvenus signifie être inclusif, avoir le cœur et l'esprit ouverts, et avoir un plan pour s'assurer que les besoins uniques des réfugiés peuvent être satisfaits. Cela signifie un financement cohérent et flexible, une programmation adaptable et une évaluation solide. Cela signifie qu'il faut impliquer les réfugiés tout au long des cycles de programmation et ne pas se contenter de les écouter - mais les entendre vraiment - et ensuite pivoter sur la base de ce qui est entendu pour concevoir ce qui pourrait vraiment fonctionner. 


Cela signifie également qu'il faut s'engager à nouveau à trouver des solutions en faveur de la paix et de la tolérance afin que les réfugiés puissent rentrer chez eux ou trouver de nouveaux foyers où ils pourront vivre pleinement leur potentiel.

2 vues0 commentaire

Comments


bottom of page